Simon Blais, Galerie Simon Blais
Comment êtes-vous devenu galeriste ?

 

Le hasard fait parfois bien les choses; un proche parent m’a proposé, en 1979, à l’âge de 23 ans, et parce que j’étais un bon vendeur en quête de nouveaux défis, de me joindre à son équipe dans une galerie spécialisée en estampes modernes et contemporaines. Après dix années d’expérience, mon épouse et moi avons lancé notre propre entreprise, au printemps 1989. Ma passion pour les estampes et les œuvres sur papier ont guidé les premières années d’activité de la galerie Simon Blais. La rencontre de nouveaux artistes contemporains prometteurs, et surtout de quelques-uns des plus grands peintres de leur génération (McEwen, Ferron, Letendre, Molinari, Gaucher, Riopelle) on fait en sorte que la galerie a véritablement trouvé sa voie. Ça fera 30 ans cette année que la galerie présente, bon an mal an, entre six et douze expositions, souvent accompagnées de publications.

Quels défis vous attendent au cours des prochaines années ? 

 

Le modèle d’affaires de la galerie d’art ayant pignon sur rue me semble bien daté, et à mon avis nous allons devoir réinventer les moyens de communication ou simplement trouver les nouveaux outils afin de maintenir l’intérêt de notre clientèle présente et de développer des liens avec les collectionneurs en devenir pour qui les habitudes de consommation changent à vue d’œil. La galerie d’art telle qu’on la connaît doit s’adapter; les acheteurs sont plus ouverts que jamais à « transiger en ligne », et il nous faudra offrir les bons moyens fiables, sécuritaires, et surtout, une approche marketing qui nous permettra de nous faire connaître à une clientèle hors frontières. Nos artistes contemporains ne devraient pas être confinés au marché canadien seulement.

Votre plus grande fierté ?

 

Avoir tenu le coup durant les six premières années d’activité de la galerie, malgré la crise du marché de l’art ! Et d’avoir pu bâtir la réputation de la galerie à travers tout le pays, notamment en tant que représentant de certaines des plus belles Successions des artistes de la modernité québécoise.